Rejoignez vous aussi nos abonnés !
Inscrivez-vous et recevez 7 Secrets de Grand-mère en cadeau !
Pour une meilleure santé...
>

Pourquoi vous pouvez faire confiance à l'homéopathie (1 sur 2)


belladona, opium, ipeca, passiflora, etc, en homéopathie
belladona, opium, ipeca, passiflora, etc,
 en homéopathie
Avant de voir l'action de belladona, opium, ipeca, passiflora, etc, en homéopathie, commençons par 2 témoignages.

Celui d'Yves : "durant 3 ans, j'ai souffert de douleurs cervicales. Les antalgiques me soulageaient peu et les anti-inflamamatoires me donnaient des maux d'estomac.

L'homéopathie n'a pas supprimé l'arthrose, mais les troubles ont quasiment disparu en 4 mois. Et la moindre récidive est vite calmée..."

Autre témoignage : celui d'Anne. "Moi, c'est mon mal-être avant les règles qui s'est envolé grâce aux granulés blancs".

Quant aux parents, ils sont nombreux à se déclarer convaincus par cette médecine après en avoir constaté les bienfaits sur les "rhinos" ou otites de leurs enfants.

L'homéopathie ne cesse de progresser. 80 % de ceux qui y ont recours se déclarent satisfaits.



Cela n'empêche pas les détracteurs d'affirmer que l'on soigne avec rien. Et il est vrai que les résultats de l'homéopathie ne reposent pas sur des phénomènes physiques incontestables...

Alors qu'en est-il exactement ?

L'homéopathie est-elle une médecine soignant le "mal par le mal" ?

Homéopathie vient effectivement du grec homeos (semblable) et pathos (souffrance).

Liens Commerciaux:


C'est un Allemand, Christian Samuel Hahnemann, qui en a découvert le principe en 1790. Pour évaluer les effets des médicaments utilisés à l'époque (mercure, arsenic, etc), il les essayait sur lui-même ainsi que sur son entourage.

Cet homme découvrit par hasard que le quinquina, employé pour combattre la fièvre, provoquait chez lui, bien portant, une réaction fébrile.

Pendant 10 ans, il multiplia les expériences et en conclura le principe de similitude : "toute substance capable à dose élevée de provoquer des symptômes chez l'homme sain, peut à dose très faible, guérir le malade présentant les mêmes symptômes."

Ainsi, une piqûre d'abeille par exemple, provoque un gonflement rosé, brûlant et douloureux, soulagé par des compresses d'eau froide. Un malade qui présente de telles manifestations pour une cause différente (coup de soleil, allergie, etc) voit son état s'améliorer s'il absorbe des doses infinitésimales d'Apis (abeille en latin).


Concrètement, comment agit l'homéopathie ?

L'homéopathie exercerait une régulation biologique très fine et stimulerait les défenses naturelles. Autrement dit, elle aide le patient à se guérir lui-même.

D'ailleurs, l'homéopathie ne se contente pas de faire disparaître les symptômes de la maladie. Elle va chercher à déterminer le "terrain" du malade (au travers de longs interrogatoires), c'est à dire sa prédisposition à manifester certains troubles.

Plus elle va rééquilibrer ce terrain pour prévenir la réapparition éventuelle de la maladie.

Quelle est la composition des remèdes employés ?

Plus de la moitié de ces remèdes sont à base de plantes. Les autres sont fabriqués à partir de substances d'origine minérale (soufre, phosphate de fer, etc) ou animale (insectes entiers, venins, hormones, etc).

On trouve ainsi par exemple belladona, opium, ipeca, passiflora, etc, en homéopathie.

Dans le monde entier, on les identifie par leur nom latin.

ils se présentent le plus souvent sous la forme de granules ou de globules, de minuscules sphères de saccharose ou encore de lactose imprégnées de substances médicamenteuses à laisser fondre sous la langue.

Mais il existe aussi des gouttes, des pommades...

Dans cette bible, vous saurez tout sur belladona, opium, ipeca, passiflora, etc, en homéopathie. Et bien plus encore :


Que signifie le terme CH inscrit sur les tubes ?

CH correspond aux dilutions des produits, effectuées selon le principe des Centésimales Hahnemanniennes (CH).

Une goutte de la teinture mère (substance de base ayant macéré dans l'alcool) est diluée dans 99 volumes d'eau distillée : on obtient alors 1 CH.

On prend une goutte de cette solution que l'on dilue à nouveau dans 99 gouttes d'eau pour arriver au 2 CH. Et ainsi de suite... 5 fois, 9 fois, jusqu'à 30 CH, maximum autorisé en France.

Entre chaque dilution, le mélange est vigoureusement secoué car sinon les remèdes perdent leur efficacité.

Ils agissent différemment selon leur dilution.

Le médecin s'oriente vers les plus basses (4-5 CH) pour traiter une affection aiguë ou des symptômes locaux.

Les dilutions plus élevées (15-30 CH) sont prescrites en traitement de fond.

Car en homéopathie, l'action d'un remède n'est pas liée à la quantité absorbée, mais à la réaction de l'organisme ainsi sollicité.

Tout dépend du degré de similitude entre les symptômes du malade et le remède. Plus le médicament correspond parfaitement au patient, plus la dilution sera élevée...

Un livre pratique pour mettre en oeuvre belladona, opium, ipeca, passiflora, etc, en homéopathie. Il sera utile à toute la famille :


Dans la 2ème partie de l'article, nous découvrirons pourquoi il n'y a pas de notice avec les tubes, les grandes pathologies visées, les limites, et bien d'autres choses encore...

A Lire :




abonnés !
ICI 7 Secrets
de Grand-mère en cadeau ! Inscrivez-vous vite pour les recevoir...
Prénom * :
Email * :
* champ obligatoire.
Pour une meilleure santé...

Notre Livre pour Vous
N°1 des Remèdes Naturels sur Amazon
Format Kindle à 2,68 € seulement !
Cliquez sur l'image...
Télécharger le Lecteur Kindle Gratuit pour PC en cliquant ICI


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...