Rejoignez vous aussi nos abonnés !
Inscrivez-vous et recevez 7 Secrets de Grand-mère en cadeau !
Pour une meilleure santé...
>

Les 5 plantes qui facilitent le sommeil

Les 5 plantes qui facilitent le sommeil
Même améliorés, les somnifères ne sont jamais innocents. Avant d'en arriver là, pensez aux petits calmants champêtres mis à notre disposition par la nature.

Les deux plus célèbres sont le tilleul et la fleur d'oranger.

Mais ce ne sont pas les seuls et, malgré leur renommée, ce ne sont pas toujours les plus efficaces.
Si vous les avez essayés sans grand succès, sachez qu'il en existe d'autres, plus modestes, qui donnent parfois de meilleurs résultats dans la lutte contre l'insomnie.



Le lotier : il donne un réveil vif

Liens commerciaux :



C'est l'une des herbes les plus communes de nos campagnes, et l'une des plus jolies avec ses fleurettes jaunes qui dessinent un nuage d'or sur le vert des prairies.

Mais c'est aussi, on le sait grâce à une découverte du docteur Henri Leclerc, l'un des meilleurs remèdes en cas de sommeil perturbé.

Le lotier corniculé n'agit pas à la manière des somnifères classiques, en ce sens qu'il ne nous fera pas  dormir brusquement du jour au lendemain, mais il calme peu à peu les nerfs surmenés, et il rend progressivement le sommeil, au bout de quelques jours de traitement.

Qualité supplémentaire du lotier corniculé : il détend et relaxe sans assommer : il donner un réveil vif avec l'esprit parfaitement clair et lucide.

Cette particularité, rare en ce qui concerne les remèdes contre l'insomnie et la nervosité, en fait un calmant spécialement recommandé par les phytothérapeutes pour aider les jeunes à vaincre leur angoisse et leur excitation en période d'examen.

Enfin, le lotier corniculé soulage souvent ceux qui souffrent de palpitation.

Mode d'emploi : 80 g pour 1 litre d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Une tasse après chacun des principaux repas pendant 7 à 8 jours.


Le houblon : son odeur suffit...

L'action soporifique du houblon est telle qu'il suffit parfois de respirer son odeur en plain air pour éprouver une irrésistible envie de dormir : des paysans qui récoltaient les cônes destinés à la fabrication de la bière en ont fait l'expérience à leurs dépens.

C'est, d'ailleurs, le récit de bouche à oreille de leurs siestes imprévues qui a attiré l'attention des phytothérapeutes et qui a donné l'idée d'utiliser le houblon comme somnifère.

Les expériences du docteur Leclerc, l'un des maîtres de la phytothérapie, ont montré par la suite, qu'il se révèle particulièrement efficace lorsque l'insomnie est exaspérée par un désir sexuel insatisfait.

En effet, non seulement le houblon calme les nerfs mais il est anaphrodisiaque. C'est ce qu'on appelle le lupulin, cette poussière dorée produite par les cônes du houblon, que se trouve rassemblée la presque totalité des principes actifs.

Le mode d'emploi le plus simple est la décoction : verser 30 g de cônes dans 1 litre d'eau, faire bouillir 3 minutes, laisser tiédir, passer. Une tasse le soir.

Autre méthode qui a fait ses preuves elle aussi : utiliser un oreiller bourré de cônes de houblon.


Le coquelicot : le somnifère idéal en cas de toux

Les agriculteurs l'ayant chassé à grand renfort d'herbicides des champs de blé où ses pétales se mêlaient jadis à l'or des épis, on ne trouve plus guère aujourd'hui le coquelicot le long des routes ou dans les terrains en friche.

Annuel, il meurt vite et il deviendra bientôt aussi rare que le bleuet des champs et toues les plantes, considérées comme de mauvaises herbes, qui vivaient parmi les céréales. D'où le nom de messicoles dont les baptise parfois (messi veut dire moisson et coles vient de colo, j'habite).

Dommage que le coquelicot soit en voie de disparition, car c'est, de l'avis des phytothérapeutes, l'un des meilleurs somnifères naturels pour les personnes âgées.

Il a, en effet, la particularité, outre son action apaisante sur les nerfs, de calmer les accès de toux.

Aussi bien ceux dus à la bronchite chronique qui perturbent souvent le sommeil des septuagénaires, que ceux de rhumes et des angines qui irritent la gorge pendant les mois d'hiver.

Cela dit, il convient de respecter les quantités car le coquelicot peut, à trop forte dose, devenir toxique. De même, il ne faut utiliser que les fleurs bien rouges, et rejeter tous les pétales tachés.

Posologie : 15 g de fleurs pour 1 litre d'eau bouillante ; 1 à 2 tasses par jour, dont 1 avant le sommeil.


Le saule éloigne douleurs et problèmes

C'est l'un des premiers remèdes découverts par les Anciens contre l'insomnie. Les médecins de l'Antiquité connaissaient déjà les pouvoirs de la feuille de saule.

On sait maintenant qu'elle est particulièrement efficace lorsque la fuite du sommeil est due à une souffrance physique ou morale.

La feuille de saule atténue l'une ou l'autre : elle calme les douleurs et éloigne les problèmes qui nous tiennent éveillés. Elle doit cette propriété à la présence de tanin et d'acide salicylique.

On l'ignore parfois, mais c'est à partir de la feuille de saule que le chimiste Charles-Frédéric Gerhardt a créé, à la fin du 19ème siècle, le plus connu de nos médicaments calmants : l'aspirine.

C'est d'ailleurs en hommage au saule que l'acide salicylique porte son nom : saule vient du latin salix. Parmi les 32 espèces connues, la variété la plus efficace est, d'après le docteur Leclerc, le saule blanc.

Mode d'emploi : jeter dans 1 litre d'eau bouillante 30 g de feuilles. Laisser infuser 5 minutes. Une tasse le soir.

A défaut des feuilles, on peut utiliser les chatons, riches eux aussi en principes actifs. La doses est la même : 30 g de chatons pour 1 litre d'eau.


La mélisse combat les insomnies d'origine digestive

Selon les régions, on l'appelle mélisse, citronnelle, ou parfois même citronnade. Comme ces deux derniers noms le laissent supposer, cette plante aux petites fleurs blanc rosé exhale un parfum rappelant celui du citron.

Ce sont les médecins arabes qui, les premiers, dès le dixième siècle, ont observé ses vertus calmantes, « propres à faciliter les sommeil ».

En fait, des travaux plus récents ont prouvé que la mélisse agit à la manière d'un tranquillisant.

Elle est particulièrement indiquée chaque fois que l'insomnie est liée à l'angoisse. Elle fait voir, en quelque sorte, la vie en rose. « L'essence de mélisse peut être considérée comme un léger stupéfiant mais ans en avoir la toxicité », écrit le docteur Leclerc.

Qualité supplémentaire de la mélisse, elle facilite la digestion, ce qui la rend très efficace chaque fois que les insomnies sont accompagnées de pesanteurs de l'estomac.

Comment l'utiliser ? 30 g de sommités fleuries et de feuilles pour 1 litre d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes Une tasse après chaque repas.


A découvrir également : six étapes naturelles pour ne plus jamais souffrir d'insomnie...

 




couv-ebookcouv-ebook

couv-ebookcouv-ebook


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...